Je ne peux pas, j’ai piscine !

Désormais, vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas aller au musée.

Depuis quelques semaines la région des Hauts de France clame haut et fort et à qui veut l’entendre qu’après six mois de fermeture pour des travaux d’agrandissement, le musée La Piscine de Roubaix a rouvert ses portes pour notre plus grand plaisir.

En quelques semaines, plus de 25 000 visiteurs ont déjà franchi les portes de ce musée emblématique d’une ville marquée par de nombreux drames sociaux. C’est accompagné de Monsieur Bruno Gaudichon, le conservateur depuis la création du musée, que j’ai eu le privilège de découvrir la nouvelle aile du musée La Piscine – Musée d’Art et d’Industrie André Diligeant pour En France Aussi.

Après avoir passé les cabines, nous nous sommes posés au bord du bassin dans lequel se reflète la magnifique verrière de cette ancienne piscine Art déco qui date de 1932. Malgré la présence de la foule, longer la lame d’eau en admirant les nombreuses statues est un moment plein de sérénité.

Musée La Piscine Roubaix
© La Tribu de Chacha
Musée La Piscine de Roubaix
© La Tribu de Chacha

L’Histoire du musée de la Piscine

Mouton La Piscine Roubaix
Le mouton des Peignage Amédée Prouvost, prêté au musée pendant toute la période d’inauguration de la nouvelle extension © La Tribu de Chacha

Roubaix fut longtemps une ville florissante grâce à la forte présence d’industries notamment textiles. D’ailleurs le musée La Manufacture mérite aussi votre visite tant il a de choses à transmettre sur le riche passé industriel de Roubaix. Tout au long de ses années, certaines familles d’industriels se sont constituées de véritables collections d’art d’artistes locaux que l’on avait nommé à l’époque Le Groupe de Roubaix. Mais malheureusement, la mondialisation et la succession de crises économiques ont fini par tuer nombre d’usines, dont Les Peignages Amédée Prouvost qui avaient été achetés par leur concurrent pour tout simplement être démantelés.

Alors que certaines œuvres furent mises aux enchères, d’anciens ouvriers s’étaient mobilisés auprès des politiques de la ville pour qu’une partie des œuvres soit rachetée pour rester à Roubaix. À leurs yeux ces œuvres étaient le fruit de leur labeur et elles se devaient de rester sur leur terre.

Il faut savoir qu’après la guerre, Roubaix n’avait plus de musée et c’est au cœur de l’hôtel de ville que sont exposées certaines œuvres. Le musée Weerts, du nom de l’artiste qui a fait don à sa ville natale de son fond d’atelier fermera ses portes dans l’indifférence générale quelques années plus tard. Dans la foulée, Didier Schumann est nommé conservateur d’un musée qui n’existe plus. Mais sa passion pour l’art l’amène à organiser au sein de l’hôtel de ville des expositions événementielles. Expositions qui à chaque fois par l’engouement des visiteurs montrent combien Roubaix est attaché à l’idée d’avoir son propre musée.

1988 est l’année où tout bascule, la société SARI, souscripteur important du Louvre, mais aussi investisseur impose que soit exposé à Roubaix Saint Thomas à la pique de Georges de La Tour. L’exposition est un véritable succès. Roubaix a besoin d’un musée, le projet La Piscine est en marche.

Plusieurs lieux seront proposés, mais aucun ne retiendra l’attention de l’équipe municipale jusqu’en 1990 où viendra l’idée de réhabiliter l’ancienne piscine municipale en musée.

Le projet de l’architecte Jean Philippe Philippon est retenu, le lieu garde son âme, l’architecture Art déco est préservée, et en octobre 2001, la Piscine – Musée d’Art et d’Industrie André Diligeant est officiellement inaugurée. Ce n’est pas uniquement les Roubaisiens qui sont fiers de leur musée, c’est toute une région qui est derrière ce lieu exceptionnel. On afflue de toute la France, voir d’Europe pour visiter cet extraordinaire musée. Chaque année, ils comptent 200 000 visiteurs.

« L’un des mérites de l’ouverture de La Piscine a été de rouvrir un dialogue entre les habitants et le patrimoine de Roubaix »

Bruno Gaudichon, extrait du supplément de la VDN du 19.10.2018

Ancienne entrée Piscine Roubaix
L’ancienne entrée de la piscine municipale qui mène vers le bassin © La Tribu de Chacha

L’extension du musée

Dès l’ouverture en 2001, l’équipe est consciente que le musée est trop petit. Le projet d’extension n’est donc pas récent. C’est notamment une peinture, le panorama de l’inauguration de l’hôtel de la ville de Roubaix, datant de 1911, qui sera en partie à l’origine du projet. Retrouvait roulée dans le grenier de l’hôtel de ville et oublié de tous, cette toile de 13 mètres sur 6 demandait des dispositions particulières pour pouvoir de nouveau être montré au public.

Toile de l’inauguration de l’hôtel de ville de 1911
Toile de l’inauguration de l’hôtel de ville de 1911 © La Tribu de Chacha

C’est le projet de Jean Paul Philippon qui une nouvelle fois a été retenu. Ce nouvel espace éclairé par une lumière naturelle met en avant une collection de sculptures, mais aussi l’histoire locale.

Salle des Sculptures Roubaix
La Salle des Sculptures © La Tribu de Chacha

Histoire de Roubaix

Cette salle retrace l’histoire de Roubaix tant sur le plan économique que politique et social. De l’immense panorama qui captive toute l’attention lorsqu’on pénètre dans cette première salle, il convient ensuite de prendre son temps pour admirer les portraits des personnalités locales, mais aussi ses illustres inconnus qui travaillaient au sein de ses usines textiles et qui ont fait la réputation de Roubaix du temps des 30 glorieuses, et même avant.

Vitrail de Mamadou
© La Tribu de Chacha

La galerie des sculptures

Cette galerie est une prolongation des sculptures que l’on trouve le long du bassin. Cet espace s’articule autour du thème des portraits, du nu, et de l’art sacré entre le XIXe et le XX siècle. On trouve ici des œuvres importantes de Bourdelle, Maillol, Bartholomé, Meunier, Csaky, Lichitz, Orloff, Despiau, Marini, Laurens, Giacometti, Rodin et Picasso acquissent au cours de ces dernières années par le musée ou ayant fait l’objet de don par les collectionneurs, la famille des artistes, ou déposées par des institutions ou des fondations.

Buste Piscine Roubaix
© La Tribu de Chacha
Buste de Lady Cackville West
Buste de Lady Cackville West acquis en 2012 © La Tribu de Chacha

Dans une pièce à part se trouve la reconstitution fidèle de l’atelier d’Henri Bouchard. Le musée a en effet récupéré auprès de la famille de l’artiste plus de 900 objets qui se trouvaient dans l’espace de travail de celui-ci 25 rue de l’Yvette à Paris.

Atelier Bouchard Roubaix
L’Atelier Bouchard © La Tribu de Chacha
Sculptures Bouchard Roubaix
Sculptures de Bouchard © La Tribu de Chacha

Salles des expositions temporaires

Les expositions temporaires bénéficient d’une nouvelle salle de 900 m². Pour la réouverture, La Piscine offre 5 expositions d’exception :

  • Hervé di Rosa, l’œuvre au monde qui nous transporte à travers 19 œuvres réalisées lors de son voyage artistique
  • Pablo Picasso, l’homme au mouton
  • Alberto Giacometti
  • Les tableaux fantômes de Bailleul
  • Nage libre avec les créateurs du WWC.BF Mons
Exposition Herve di Rosa Roubaix
Exposition Herve di Rosa © La Tribu de Chacha
Exposition Picasso Roubaix
Exposition Pablo Picasso © La Tribu de Chacha

L’ancienne entrée de la Piscine

L’ancienne entrée de la piscine municipale, quant à elle, accueille dorénavant les œuvres du Groupe de Roubaix. Une nouvelle salle y a été construite notamment pour faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite. On retrouve ici une partie de la collection de Albert et Anne Prouvost constituée lorsqu’ils étaient propriétaires de l’entreprise du Peignage Amédée acheté. C’est la ville de Roubaix, après que la population ait manifesté son attachement à cette collection qui s’en est en partie porté acquéreur.

Mon avis

C’est après une visite scolaire que ma fille alors âgée de 6 ans à cette époque a parlé avec passion du musée de La Piscine ; une décade plus tard, il reste son musée préféré. En ce qui me concerne, ma première visite remonte à 2014, et comme beaucoup, je suis tombée sous le charme de la verrière et de la lame d’eau, mais aussi de l’importante collection qu’on y trouve. Lorsqu’on parle de La Piscine, il n’est pas rare d’entendre encore de nos jours des personnes dire qu’ils y ont appris à nager, c’est peut-être ce qui explique notre attachement à ce lieu atypique. Aujourd’hui, l’ancienne piscine municipale de Roubaix est devenue un lieu incontournable à voir lors d’une visite dans les Hauts de France. Je me rappelle de la déception des blogueuses de En France Aussi lors de leur visite de Roubaix de ne pas pouvoir la visiter, c’est dire combien il suscite la curiosité.

« Elle était, lors de son inauguration, en 1932, considérée comme la “plus belle piscine de France”. On se demande si elle n’est pas en train de devenir, sinon l’un des plus beaux musées du monde, en tout cas l’un des plus attachants ».

                                           Le Monde du 23 novembre 2018

Merci à Monsieur Gaudichon de m’avoir consacré un peu de son précieux temps. Visiter La Piscine accompagnée du conservateur est bien plus qu’un privilège. Mais ce qui était fantastique c’est que Monsieur Gaudichon a aussi pris son temps pour discuter avec d’autres visiteurs, et leur a même proposé de se joindre à nous pendant la visite.

Comment se rendre au musée de la Piscine de Roubaix ?

  • En métro, ligne 2, arrêt gare Jean Lebas (500 m)
  • En train, gare de Roubaix (500 m)
  • En bus, ligne 32 ou Z6 arrêt Jean Lebas
  • En vélo, station V’Lille « Musée Art et industrie »

Le musée de la Piscine en pratique

  • Tarif plein 11 € – tarif réduit 9 €
  • Le 1er dimanche de chaque mois l’accès aux collections permanentes est gratuit. (tarif réduit pour les expositions temporaires)
  • Chaque vendredi de 18h à 20h, l’accès est gratuit aux expositions et collections permanentes.
  • Ouvert du mardi à jeudi de 11h à 18h, vendredi jusqu’à 20h. Samedi et Dimanche de 13h à 18h
  • Audioguides : 1 €, pendant les expositions temporaires 3 €

LE MUSÉE EN PRATIQUE POUR LES SCOLAIRES

Le musée a mis en place tout un ensemble d’animation de la maternelle jusqu’à la terminale. Les classes sont admises dans leur effectif complet, gratuit pour les établissements de Roubaix, pour les non-Roubaisiens entre 77 et 88 €.

Pendant les petites vacances, le musée propose des ateliers créatifs, ainsi que chaque mercredi. Places limitées.

SAVOURER & OFFRIR

Après votre visite, une visite gourmande s’impose dans le restaurant MEERT qui a trouvé place dans l’ancienne cafétéria de la piscine. Pour ceux et celles qui souhaitent enrichir leur bibliothèque, ils pourront trouver leur bonheur dans la librairie qui a pris place dans l’ancienne salle de filtration des eaux.

AUTOUR DE LA PISCINE

Après votre visite de la Piscine, pourquoi ne pas prolonger votre visite avec un billet couplé :

  • La Villa Cavrois/La Piscine
  • La Manufacture/La Piscine

Les fans de street art iront jusqu’à La Condition Publique, le laboratoire créatif roubaisien.

Vous pourrez aussi visiter Roubaix en trottinette (gratuitement) en suivant le fil de brique le long des trottoirs en macadam et découvrir ainsi le patrimoine roubaisien.

Le 1er de chaque mois, l’Open Roubaix, c’est une trentaine de lieux ouverts pour vous accueillir.

Originaire des Hauts De France, Chacha a grandi au sein d’une famille transfrontalière. Bilingue, et à l’aise de chaque côté de la frontière, les Flandres sont son terrain de jeu préféré. Sur son blog, elle partage avec passion tout ce qui touche à sa région : culture, patrimoine, gastronomie. Elle a aussi des envies d’ailleurs parfois, en couple ou avec sa mini tribu, chaque voyage est une expédition, mais toujours avec une touche de confort.

AuthorChacha

Originaire des Hauts De France, Chacha a grandi au sein d’une famille transfrontalière. Bilingue, et à l’aise de chaque côté de la frontière, les Flandres sont son terrain de jeu préféré. Sur son blog, elle partage avec passion tout ce qui touche à sa région : culture, patrimoine, gastronomie. Elle a aussi des envies d’ailleurs parfois, en couple ou avec sa mini tribu, chaque voyage est une expédition, mais toujours avec une touche de confort.

3 replies to Je ne peux pas, j’ai piscine !

  1. je regrette de ne pas avoir connu l’ancien musée de La Piscine mais j’espère vite découvrir le nouveau! Quelle histoire derrière ce musée!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.