Cinq calanques pour tous

Croyez-moi, on n’est jamais complètement préparé à la beauté des calanques de Marseille et de sa région. On a beau avoir vu des centaines de photos de plusieurs d’entre elles, lorsqu’on s’en approche dans la réalité, on reste subjugué par la splendeur du décor et les turquoises de leurs eaux. Il ne s’agit ni plus ni moins que de petits paradis terrestres. Il y en a pour tous les goûts, de la plus accessible à la plus sportive, en passant par celles, plus familiales, qui restent encore habitées. Voici donc 5 calanques à découvrir seul, entre amis ou en famille.

Calanque de Sugiton

La calanque de Sugiton est la calanque typique comme on se l’imagine. Nichée au creux des falaises de calcaire, elle nous éblouit lorsqu’on l’aperçoit au détour du sentier pour la première fois. La randonnée pour s’y rendre, qui convient à tous mais dont la dernière partie est quand même un peu escarpée, nous en met plein la vue. Débutez-la en vous rendant jusqu’au belvédère qui permet une vue à 360 degrés et d’où on peut même admirer la calanque de Morgiou, sa voisine.

Lorsque le soleil est bien haut dans le ciel, on descend jusqu’à la petite plage de galets pour un pique-nique et une baignade dans l’eau limpide. Sachez toutefois qu’elle peut être très fréquentée en haute saison mais elle demeure un incontournable.

Pour y accéder : En voiture, l’entrée dans le parc des calanques se fait au bout du stationnement du Campus Luminy. En bus, à partir de la station de métro «Ront-point du Prado», prendre la ligne 21 jusqu’au terminus «Luminy».

Calanque Sugiton

Calanque de Callelongue

La calanque de Callelongue est la première calanque du Parc National des Calanques. Pour les Marseillais, elle représente le bout du monde. Son nom provient du provençal et signifie «grande crique». Il s’agit d’un petit port de pêche, encore habité, qui ne possède pas de plage mais qui est absolument charmant. On y trouve même un restaurant et sa petite buvette.

On déambule autour du port en admirant les anciens cabanons de pêcheurs souvent reconvertis en habitations, on accède aux sentiers du parc qui peuvent vous mener jusqu’à La Ciotat ou on grimpe le massif de Marseilleveyre.

Pour y accéder : En voiture, on se rend directement jusqu’à Callelongue où l’on retrouve un stationnement à l’entrée du village. En bus, à partir de la station de métro «Rond-Point du Prado», prendre la ligne 19 jusqu’au terminus «Madrague de Montredon» puis prendre la correspondance de la ligne 20 jusqu’au terminus «Callelongue».

Calanque Callelongue

Calanques des Îles du Frioul

Sur les îles de Pomègues et de Ratonneau, faisant parties de l’archipel des Îles du Frioul au large de Marseille, se trouvent plusieurs petites calanques toutes plus agréables les unes que les autres. On s’y rend par bateau pour randonner sur les sentiers de l’archipel en combinant l’escapade à une visite du Château d’If (ancienne prison célèbre du comte de Monte-Cristo) et plusieurs sont accessibles à la baignade. Au port, on peut se ravitailler dans l’un des nombreux restaurants qui le bordent.

Les îles sont aussi le repère d’innombrables goélands qui en ont fait leur site de nidification. On y trouve également le fort de Ratonneau et l’ancien hôpital Caroline qui plairont aux férus d’Histoire. La calanque du Cap Frioul est une petite merveille naturelle. Celle de Saint-Estève possède une belle plage et une vue imprenable sur la côte.

Pour y accéder : Aucune voiture sur les îles. On prend la navette «Frioul If Express» à partir du Vieux-Port. Plusieurs départs chaque jour.

Calanque de Port-Miou

À Cassis, se trouve la calanque de Port-Miou. C’est le départ des grandes randonnées dans le massif des calanques, la plus urbanisée aussi mais très accessible. Il n’y a pas vraiment de plage mais plutôt un port de plaisance s’étirant sur près d’un kilomètre, tout le long des deux rives de cette crique qui s’est formée il y a fort longtemps au cœur de la garrigue. S’installer sur l’un des quais pour une pause lunch ou la rejoindre en kayak depuis Cassis devient une escapade très sympathique.

Pour y accéder : En voiture, de Cassis, suivre la route indiquant les calanques jusqu’au stationnement de la presqu’île. En bus, de la gare, prendre la ligne «La Marcouline M1» et demander au chauffeur l’arrêt le plus près mais il vous faudra marcher environ 30 minutes pour la rejoindre. En juillet et août, des navettes spéciales desservent plusieurs coins de la ville jusqu’au parking.

Calanque Port Miou

Calanque de Mugel

La calanque de Mugel se situe à La Ciotat, tout au bout de la route des Crêtes. C’est un site naturel, aux paysages différents du massif des calanques, protégé du mistral, à l’ombre du rocher du Bec de l’Aigle. Un sentier rejoint d’abord la plage de galets où se trouve un restaurant. On peut aussi y traverser le parc de Mugel classé «jardins remarquables» pour monter tout en haut des falaises et poursuivre jusqu’à la calanque de Figuerolles. On peut facilement y passer toute une journée en famille sans jamais s’ennuyer.

Pour y accéder : En voiture, à partir de La Ciotat, de l’autre côté du chantier naval, prendre l’avenue des Calanques jusqu’au stationnement. Il est aussi possible de la rejoindre à pieds à partir du Vieux-Port de La Ciotat en une vingtaine de minutes.

Calanque Mugel

Conseils pratiques

Il faut savoir que les calanques représentent des environnements plutôt arides avec peu d’endroits ombragés. Il est important de se munir d’un chapeau et de beaucoup d’eau lorsqu’on y organise une randonnée. Il est possible de les visiter sur l’eau, plusieurs compagnies proposent des croisières de quelques heures à partir de Marseille, Cassis ou La Ciotat.

Suite à un grand incendie, en 1990, de Marseille à Cassis, fumer et faire des feux est interdit dans le Parc des Calanques. En été, l’accès est réglemente afin de gérer les risques d’incendie et la forte fréquentation. Il est donc important de vérifier les dates, horaires et conditions d’accès avant de s’y rendre.

Calanque de Sugiton

Blogueuse voyage et gourmande assumée de la campagne québécoise, mon amour de la France me porte parfois jusque chez nos cousins d’outre-mer. Ayant un faible pour les lieux historiques, les belles randonnées, les plages de partout et le fromage, je blogue toujours avec un fort accent de mon pays!

AuthorAnnabelle

Blogueuse voyage et gourmande assumée de la campagne québécoise, mon amour de la France me porte parfois jusque chez nos cousins d’outre-mer. Ayant un faible pour les lieux historiques, les belles randonnées, les plages de partout et le fromage, je blogue toujours avec un fort accent de mon pays!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.